La France accorde une aide de 24 millions d'euros à la Centrafrique

En visite à Bangui le 01er et le 2 novembre, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian a également annoncé que Paris allait "bientôt livrer des armes" à Bangui

La France accorde une aide de 24 millions d'euros à la Centrafrique

La France va accorder à la Centrafrique une aide de 24 millions d'euros et livrer des armes à ce pays en proie à la violence et à l'instabilité, a annoncé vendredi à Bangui le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Le Drian s'exprimait lors d'une conférence de presse au terme d'un entretien avec le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, a rapporté la chaîne TV5Monde sur sur son site.

"La France souhaite continuer son partenariat historique avec la République centrafricaine", a-t-il déclaré.

Le Drian qui effectuait jeudi et vendredi une courte visite en RCA, a signé "des conventions d'aide de 24 millions d'euros en 2018 pour contribuer notamment à des paiements d'arriérés de salaires et de retraites, développer les territoires proches du Cameroun touchés par d'importants déplacements de populations et installer des ponts afin de désenclaver plusieurs régions", rapporte le média français.

Le chef de la diplomatie française a également annoncé que Paris allait "bientôt livrer des armes" à Bangui, en l'occurrence 1.400 fusils d'assaut destinés à équiper les Forces armées centrafricaines (Faca).

"Nous le faisons dans le cadre strict, respectueux et transparent des Nations unies, dans une transparence totale, à la fois sur l'origine, sur l'acheminement, et sur la livraison", a précisé Le Drian, estimant qu'il serait "absurde de former des militaires et de ne pas leur donner, à la suite, les moyens d'assurer leurs fonctions".

Le Drian avait rencontré jeudi son homologue centrafricain Charles Armel Doubane et s'était rendu dans le quartier de Boeing à Bangui où il a visité un projet multiconfessionnel auquel prennent part des chrétiens et des musulmans.

Lors de son entretien avec Doubane, Le Drian s'est notamment penché sur les moyens d'accélérer le processus de l'initiative africaine pour la résolution de la crise.

"C'est une des raisons de ma venue, a-t-il souligné. Et la France est évidemment prête à apporter son soutien à partir du moment où la mise en œuvre concrète est décidée et où la France est sollicitée pour tel ou tel aspect de la mise en œuvre.", a-t-il indiqué.

Cette visite est la première du ministre français en RCA depuis le départ de l'opération Sangaris en octobre 2016. Elle intervient alors que le pays connait un regain de tension dans plusieurs régions du centre et dans la capitale Bangui, notamment dans les quartiers musulmans qui contestent la destitution "arbitraire" du président de l'Assemblée nationale Abdoul Karim Mackassoua (de confession musulmane).

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET