Nouvelle déclaration des Etats-Unis concernant « l’armée terroriste »

Les déclarations contradictoires des Etats-Unis se poursuivent concernant « l’armée terroriste » qu’ils tentent de former avec les terroristes du PKK/PYD

Nouvelle déclaration des Etats-Unis concernant « l’armée terroriste »

Les déclarations du Pentagone et du secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson concernant la soi-disant armée de 30.000 personnes dont la création a été annoncée la semaine dernière sous le nom de « Force de sécurité frontalière » et dont la formation sera donnée par les Forces démocratiques syriennes FDS (paravent de l’organisation terroriste séparatiste PKK/PYD), continuent d’animer les débats.

Alors qu’il n’est toujours pas clair si les Etats-Unis ont renoncé à former une force dans les zones contrôlées par le PKK/PYD en Syrie ou juste à donner le nom de « Force de sécurité frontalière » à celle-ci, le porte-parole du Pentagone Eric Pahon, qui avait diffusé lui-même la précédente déclaration du Pentagone, a tenu un nouveau discours.

Ainsi, Pahon a indiqué qu’il s’agissait d’une « formation prévue pour assurer la sécurité locale à ceux qui retourneront chez eux en Syrie ». « La formation que nous donnons aux forces de sécurité locales en Syrie a été mal interprétée » s’est-il défendu.

« Cette formation vise également à empêcher que les terroristes de l’organisation terroriste Daesh fuient vers l’extérieur alors que sa fin approche. Ce n’est pas une armée ni une force de garde frontalière comme on le dit » a assuré le porte-parole.

Précisant que la formation se poursuivait, sans pour autant donner de détail quant au nombre de personnes formées, Pahon a indiqué que cette force n’était pas vraiment une « force policière », mais plutôt une « force de sécurité ou de stabilité », voire même une « force de contrôle du terrain ».

Dernièrement, le porte-parole a dit comprendre les inquiétudes de la Turquie concernant cette force.

 



SUR LE MEME SUJET