• VIDEOS

Turquie: Les tatouages au henné, la tendance actuelle dans les mariages

Le henné, généralement utilisé pour les colorations de cheveux et pour dessiner des motifs sur les mains et les pieds, constitue la principale activité d’une jeune femme qui réalise des tatouages temporaires.

Turquie: Les tatouages au henné, la tendance actuelle dans les mariages

Feyza Özkeçeci (28) diplômée de la Faculté des Beaux arts de l’université de Dumlupınar (Eskisehir, Centre) utilise du henné, généralement appliqué lors des départs à l’armée ou encore avant les mariages, pour réaliser des tatouages temporaires. 

Le henné, du même nom que la plante dont il est extrait, était initialement utilisé sous forme d’application cutanée par les bédouins qui souhaitaient se rafraîchir dans le désert, il a par la suite été utilisé à des fins esthétiques.

Communément utilisé sur des futurs mariés, des futurs soldats ou appliqué sur le dos des animaux à sacrifier, le henné est devenu un outil convoité pour la réalisation des tatouages temporaires.

Il est également devenu la principale activité de Özkeçeci qui s’est lancée dans la réalisation de tatouages temporaires.

Après avoir découvert, il y a cinq ans, l’art du tatouage au henné grâce aux réalisations d’une amie, la jeune diplômée décide d’appendre les subtilités de cette activité. 

La jeune femme qui gagne sa vie grâce au henné, depuis maintenant quatre ans, dessine des motifs divers et variés sur les mains, les bras, le cou, le dos et les pieds des futures mariées. 

Soulignant les difficultés de son activité, la jeune femme partage que sa "profession" nécessite de la patience.

Elle partage avec un correspondant Anadolu (AA), le bonheur de pouvoir vivre de sa passion, indiquant que beaucoup de gens sont contraints d’exercer des professions qui ne leur plaisent pas. 

Özkeçeci partage qu’au départ sa famille n’était pas favorable à l’idée qu’elle entame cette nouvelle activité. Ces derniers, qui souhaitaient que leur fille exerce le métier pour lequel elle a été formée à l’université, pensaient qu’elle ne pourrait pas gagner sa vie ainsi.

"Maintenant, ils distribuent ma carte de visite aux gens qu’ils croisent", se réjouit-elle. 

La jeune femme précise que le henné qu’elle utilise est biologique et qu’il s’efface au bout de 10 à 15 jours.

- "Je gagne de l’argent en m’amusant"

Özkeçeci indique que pour elle les "horaires de travail" correspondent à un créneau horaire particulier et festif.

"En général, on fait appel à mes services pour les fiançailles et les soirées du henné. De la sorte, non seulement je travaille mais je m’amuse aussi. Je dessine, tel un peintre, divers motifs sur les différentes parties du corps. Les jeunes filles ne sont pas les seules intéressées par le henné. Des dames plus âgées s’alignent aussi lors des soirées pour se faire tatouer. L’intérêt pour le henné est grandissant surtout lorsque les familles interdisent les tatouages permanents".

Soulignant le soutien accordé à l’art et aux artistes en Turquie, la jeune tatoueuse partage que les métiers relatifs au henné, qui occupe une place importante dans la culture turque, peuvent être développés. 

AA


Mots-clés: tradition , turquie , art , tatouage , henné

SUR LE MEME SUJET