France / Armistice / Commémoration : Macron plaide pour l’unité

Le président français, Emmanuel Macron, a appelé les autres dirigeants des pays du monde à conjuguer « nos espoirs au lieu d’opposer nos peurs », lors d’un discours prononcé, dimanche à Paris, à l’occasion de la commémoration du centenaire de l’armistice

fransa anma toreni1.jpg
fransa anma toreni2.jpg
fransa anma toreni3.jpg
fransa anma toreni4.jpg

Le président français, Emmanuel Macron, a appelé les autres dirigeants des pays du monde à conjuguer « nos espoirs au lieu d’opposer nos peurs », lors d’un discours prononcé, dimanche à Paris, à l’occasion de la commémoration du centenaire de l’armistice de 1918. 

Ce discours très attendu a été prononcé en présence de plus de 70 chef d’Etat et de gouvernement à l’image des présidents Erdogan, Trump, Poutine ou encore du roi du Maroc Mohamed VI. Le président Erdogan était accompagné de son épouse Emine Erdogan. 

« Le 11 Novembre 1918, à 11h du matin, il y a 100 ans, jour pour jour, heure pour heure, à Paris, comme dans toute la France, les clairons ont retenti. C'était l'armistice, la fin de quatre années de longs combats meurtriers », a lancé le président Macron. 

Emmanuel Macron a déploré, lors de son allocution, « la fascination pour le repli, la violence et la domination ». 

« Additionnons nos espoirs au lieu d’opposer nos peurs » a-t-il poursuivi à l’attention des chefs d’Etats présents. 

Le président français a rappelé que « sur ce sol de France, le monde entier était venu combattre. Des jeunes hommes de toutes les provinces et de l'outre-mer, d'Afrique, du Pacifique, des Amériques et d'Asie sont venus mourir ». 

« Ensemble, conjurons les menaces que sont le réchauffement climatique, la pauvreté, l'ignorance», a exhorté le chef de l’Etat. 

Plaidant pour une relation apaisée avec l’Allemagne, il a par ailleurs expliqué que « la leçon de la Grande guerre ne peut être la rancœur d'un peuple contre l'autre(...) En 1918, nos prédécesseurs ont tenté de bâtir la paix. Mais l'humiliation, l'esprit de revanche, la crise économique ont nourri la montée des nationalismes ». 

Pour conclure son discours, Emmanuel Macron a déclaré « Puisse ce rassemblement ne pas être simplement celui d'un jour. Cette fraternité nous amène le seul combat qui vaille, le combat de la paix, d'un monde meilleur. Vive l'amitié entre les peuples, vive la France ». 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET