• VIDEOS

Où se placent les Kurdes dans l'islam?

Une étude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la Faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara

Où se placent les Kurdes dans l'islam?

Abraham Lincoln avait dit « Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez pas tromper tout le monde tout le temps ».

Les médias occidentaux lancent l’organisation terroriste PKK/PYD comme des « combattants de la liberté ». D’après eux, cette organisation représente tous les Kurdes. La lutte contre cette organisation, serait une lutte contre les Kurdes, et ils présentent le soutien comme un soutien envers les Kurdes. Ils présentent également l’opération de la Turquie à Afrine comme une opération contre les Kurdes. Malheureusement, ce langage est aussi utilisé par des chaînes comme Al-Jazeera.

Les organisations terroristes kurdes qui commettent un nettoyage ethnique des Kurdes

Or, le PKK a infligé et continue d’infliger le plus grand mal aux Kurdes. La plupart des 40.000 victimes du terrorisme du PKK en Turquie sont des Kurdes. Le PKK a procédé à un nettoyage ethnique envers les Kurdes qui ne s’approprient pas son idéologie marxiste/léniniste, sa méthode terroriste. Cela a provoqué la migration de millions d’habitants de l’est et du sud-est anatolien vers l’ouest de la Turquie, notamment à Istanbul. Ces migrations ont fait d’Istanbul la ville abritant la plus forte population kurde du pays. La migration de toutes ces personnes fuyant le terrorisme du PKK vers les zones internes de la Turquie où vivent plus de Turcs et pas vers les régions kurdes en Irak et en Syrie, est chargée de sens. Actuellement, un nettoyage similaire est réalisé par l’organisation terroriste PYD, la branche du PKK, en Syrie. Le PYD qui souhaite créer un corridor terroriste à la frontière turque s’étendant jusqu’à la Méditerranée, avec le soutien des Etats-Unis, exile les Arabes, les Turkmènes et notamment les Kurdes qui ne l’appuient pas, comme l’a fait le PKK dans le passé. Par conséquent, des centaines de milliers de Kurdes se sont réfugiés en Turquie. Aujourd’hui, des millions de Syriens, y compris ceux fuyant le groupe terroriste Daesh, vivent en Turquie. Evidemment il y a aussi des Kurdes qui soutiennent ces organisations terroristes. Mais de là à considérer le PKK comme représentant des Kurdes revient à considérer Hitler comme le représentant de tous les Allemands ou Mussolini comme celui de tous les Italiens.

 

« Pourquoi les Kurdes n’auraient-ils pas un Etat-nation » ?

Cette question souvent posée par les médias occidentaux a principalement intéressé les jeunes kurdes, mais ceux qui soulèvent cette question, ne se posent pas les questions suivantes : Pourquoi aux Etats-Unis composés de 50 Etats, les différentes races n’ont-elles pas un Etat séparé ? En effet, pourquoi les pays occidentaux qui soutiennent tous les mouvements séparatistes au Moyen-Orient ne soutiennent-ils pas le mouvement d’indépendance en Catalogne ? Au contraire, l’Allemagne retient le leader indépendantiste catalan, Carles Puigdemont, alors qu’il n’est mêlé à aucun acte terroriste.

 

La question ne consiste pas à ce que chaque nation ait un Etat, mais en la politique de diviser pour mieux régner. Comme l’avait indiqué Edmund Burke dans une critique très justifiée de la Révolution française, à qui les belles paroles sont-elles dans l’intérêt.

S’il est question que chaque nation, voire même chaque beylicat/émirat/ville ait un Etat, notre géographie a déjà testé cette situation à plusieurs reprises. Lors des Croisades, il y avait un grand nombre de beylicats, d’émirats et de cité-Etats au Moyen-Orient. En effet, l’Anatolie était partagée entre les beylicats turcs. Les Turcs, les Kurdes, les Arabes s’étaient divisés en petites parties. Que s’est-il passé finalement ? Dans ce morcèlement, il n’y a pas eu une seule cité musulmane qui n’a pas été occupée. Quelle que soit la raison, lorsque la division est lancée, c’est à ses auteurs de décider où elle s’arrêtera. Il y a des siècles de cela, malgré l’opposition de la majorité, une partie des Arabes s’est lancée dans une aventure similaire avec de nouveau l’influence de l’Occident. Il y a, à présent, 23 pays arabes. Des plans sur un nouveau morcèlement de l’Irak, de la Syrie et de certaines monarchies du Golfe sont évoqués. Comme le montre la situation, les peuples moyen-orientaux traversent une des périodes les plus faibles, les plus pitoyables et passives de leur histoire.

Alors que la situation est aussi évidente, les peuples du Moyen-Orient, y compris les Kurdes, devraient évoquer l’intégration, l’unité et le partage au lieu de la division.

 

Les Kurdes laïques sont-ils les bons Kurdes?

Dans les médias occidentaux, le caractère laïque de l’organisation terroriste PKK lui confère en plus des éloges/de l’intérêt/du soutien. Alors que l’islam et le terrorisme sont plus associés, les Kurdes laïques/laïcisés sont considérés comme une libération. Le sécularisme est présenté comme une solution. Cette situation n’est autre qu’une fiction, une gestion de la perception. En effet, les deux guerres mondiales qui ont généré les plus grandes pertes en vies humaines et les pires atrocités de l’humanité, sont des conflits qui ont opposé majoritairement des pays laïques et/ou des idéologies laïques. Au fond, qu’il soit laïque ou pas, l’impérialisme n’a pas d’idéologie. L’exploitation est l’exploitation. Par conséquent, le soutien des pays occidentaux au PKK n’est pas dû au caractère laïc de l’organisation terroriste mais du fait qu’elle soit plus maniable. D’autre part, toute organisation ou Etat, qu’il soit laïque ou pas, ayant rompu tous les liens sociaux, culturels et religieux, qui est étranger à la société dans laquelle il vit, devra s’appuyer davantage sur les pays impérialistes.

 

Pourquoi toutes ces perversions ?

On dit que l’histoire se répète si on n’en tire pas de leçons. Le présent est le miroir du futur, et le passé est le miroir du présent.

Dans l’histoire, les trois éléments fondateurs du Moyen-Orient, les Kurdes, les Arabes et les Turcs, ont pu devenir un acteur global et ont pu établir la sérénité en s’unissant. Leur division a engendré des souffrances, la mort et l’oppression, ils sont devenus un jouet entre les mains des puissances du mal.

L’union entre Arabes, Kurdes et Turcs avait à peine pu stopper les Croisades visant notre région dans le passé. Cette union avait permis de sauver Jérusalem sous occupation, avec le commandant kurde Salahhaddin Ayyubi et de rétablir la stabilité régionale. A présent, l’Occident tente une nouvelle fois ce qu’il a toujours. Il tente d’attirer à ses côtés l’un des trois éléments fondateurs du Moyen-Orient et porte-drapeau de l’islam ayant cohabité pendant des siècles sur ces terres. C’est à cette fin qu’ils essaient de faire des Kurdes le comté local des attaques impérialistes. Une partie des Chrétiens et Arméniens du Moyen-Orient s’étaient approprié ce rôle lors des Croisades. A présent, Israël joue un rôle similaire afin de déstabiliser la région. Mais pour la première fois, ils veulent faire d’une société musulmane les sous-traitants locaux des attaques impérialistes contemporaines et des courants néo-croisés dans certains pays. C’est dans cet objectif qu’ils veulent aller à la poursuite d’une organisation marxiste/léniniste des Kurdes. Ils les flattent en prétendant leur combat contre Daesh. Mais le principal objectif est de créer une société qui vendra des réfrigérateurs à des esquimaux.

Malgré toutes les perversions et gestions de la perception, la grande majorité des Kurdes ont conscience de ce jeu et s’opposent à ce qui se déroule. Le discernement de mille ans des habitants de la région, Turcs, Kurdes et Arabes, vaincra et les enfants de notre région ne seront pas les sous-traitants des impérialistes, des attaques néo-croisées.



SUR LE MEME SUJET