Les dirigeants du G7 ont condamné l’attaque chimique du régime syrien à Douma

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a pris la parole en tant que président en exercice du G7

Les dirigeants du G7 ont condamné l’attaque chimique du régime syrien à Douma

Les dirigeants du G7, qui regroupe les sept économies de marché les plus développées, ont condamné l’attaque chimique menée par le régime syrien dans la Ghouta orientale le 7 avril.

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a pris la parole en tant que président en exercice du G7.

« Nous, les dirigeants du G7 représentant le Canada, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, le Royaume-Uni, les États-Unis d'Amérique et l'Union européenne, condamnons avec la plus grande fermeté l’usage d’armes chimiques dans l’attaque menée par le régime syrien dans la Ghouta orientale » a-t-il déclaré.

Le chef du gouvernement canadien a indiqué qu’ils soutenaient pleinement les efforts déployés par les Etats-Unis, l’Angleterre et la France pour réduire la capacité d’utilisation d’armes chimiques du régime Assad et prévenir la répétition de ce genre d’événements à l’avenir.

« L’emploi d’armes chimiques constitue une violation de la Convention sur les armes chimiques et représente une menace contre la paix et la sécurité internationales. L’emploi répété et moralement condamnable d’armes chimiques par le régime Assad dans le passé a été confirmé par des enquêteurs internationaux indépendants. Nous condamnons cette stratégie délibérée visant à terroriser les populations locales et à les forcer à se soumettre. La possession par la Syrie d’armes chimiques ainsi que sa capacité de les utiliser sont illégales en vertu de la résolution 2118 du Conseil de sécurité des Nations Unies et de la Convention sur les armes chimiques. Ensemble, nous nous dressons contre l’impunité de ceux qui fabriquent ou utilisent ce type d’armes, quel que soit le lieu, le moment ou les circonstances.

Nous demeurons déterminés à trouver une solution diplomatique au conflit en Syrie. Nous saluons et appuyons les efforts de M. Mistura, l’envoyé spécial des Nations Unies, en vue d’assurer une transition politique inclusive et crédible conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies et au Communiqué de Genève. » a-t-il déclaré.

Le régime syrien avait mené une attaque chimique le 7 avril contre des localités à Douma dans la Ghouta orientale, faisant 78 morts.

 

 



SUR LE MEME SUJET