L'ASEAN et la Turquie (étude)

Etude de Cemil Dogac Ipek, chercheur en Relations internationales à l’université Ataturk.

L'ASEAN et la Turquie (étude)

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a annoncé, il n’y a pas longtemps, que la Turquie était un partenaire du dialogue sectoriel de l’Association des nations de l’Asie du sud-est (ASEAN). Nous allons analyser cette semaine les relations de la Turquie avec l’Asean et l’impact de la création de l’Asean sur la région.

             L’Association des nations de l’Asie du sud-est (ASEAN) a été fondée en 1967 à Jakarta. Les membres fondateurs sont l’Indonésie, la Malaisie, la Thaïlande, les Philippines et Singapour. En 1984, le Brunei a rejoint l’Asean, puis le Vietnam en 1995, le Laos et le Myanmar en 1997 et le Cambodge en 1999. Les fondements de l’ASEAN ont été jetés par la charte de cinq articles signée à Bangkok le 8 août 1967 par les chefs de la diplomatie de l’Indonésie, les Philippines, la Malaisie, Singapour et Thaïlande. Le but est d’établir la paix et la stabilité régionales dans le cadre du respect aux principes des Nations unies et au droit en coopérant dans le domaine économique, social, culturel, technique, éducatif et autres.

          Les éléments comme l’interruption des conflits et l’établissement d’une stabilité politique qui étaient à l’avant-plan lors de la création de l’Asean, ont cédé la place aux efforts en vue du développement de la coopération économique lorsque la Guerre froide a pris fin. Le traité d’amitié et de coopération en Asie du sud-est signé en 1976 et le traité de la zone exempte d’armes nucléaires d’Asie du sud-est signé en 1995 ont fait de l’Asean une organisation ayant un caractère obligatoire sur le plan légal.

          Après la Guerre froide, l’Asean est devenue une organisation efficace dans le développement de l’ordre régional et de la prospérité. Elle a également constitué l’un des piliers de la région sur le plan économique et sécuritaire. L’Union européenne, les Etats-Unis, le Canada, la Russie, l’Australie, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Inde et la Nouvelle-Zélande sont devenus partenaires de dialogue de l’Asean. La Turquie n’est pas membre de cette organisation, en effet l’Asean n’accepte pas de membres externes à la région. Néanmoins la Turquie a décidé en 1999 de développer ses relations institutionnelles avec l’Asean. Elle a déclaré sa volonté de devenir un membre du dialogue sectoriel dans ce cadre.

             La Turquie est devenue signataire du traité d’amitié et de coopération (Asean/Tac), qui constitue la première étape du développement des relations institutionnelles avec l’Asean lors de la 43e réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Asean tenue au Vietnam du 19 au 23 juillet 2010. L’ambassadeur de la Turquie à Jakarta a été accrédité auprès de l’Asean la même année. Suite au développement des relations, la République de Turquie est devenue il n’y a pas longtemps le partenaire du dialogue sectoriel avec l’Asean. Le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, qui est à Manille afin de participer à la 50e réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Asean, a annoncé au public que la Turquie est officiellement devenue membre du dialogue sectoriel de l’Asean.

             La Turquie a déposé une demande en 2015 pour le partenariat de dialogue sectoriel et mené un travail intense pendant deux ans. La feuille de route et le plan d’action de la Turquie ont été salués par les pays membres de l’Asean. D’autres pays ont également déposé une demande mais l’Asean a uniquement accepté la demande de la Turquie pour cette année.

             La Turquie a une importante ouverture d’Amérique latine et politique de partenariat avec l’Afrique. En plus de ces initiatives, la Turquie attribue beaucoup d’importance, et ce depuis longtemps, à la région de l’Asie du sud-est. La Turquie ouvrira bientôt une ambassade au Laos. Avec l’ouverture de cette ambassade, la Turquie aura une représentation dans toutes les capitales des pays de l’Asean. Le partenariat de dialogue sectoriel de la Turquie permettra de développer davantage les relations avec les pays de la région sur le plan politique et institutionnel.

             L’Asean n’est pas seulement une organisation internationale politique mais aussi une organisation économique puissante depuis quelques années. Le volume commercial de la Turquie avec les pays de l’Asean augmente et dans la période à venir cette croissance augmentera plus rapidement. Le partenariat de dialogue sectoriel engendrera d’importantes opportunités dans la région pour les hommes d’affaires turcs.

             L’aspect le plus important du partenariat de dialogue sectoriel de la Turquie est le développement humain et les relations politiques. Il permettra d’améliorer les relations de la Turquie avec la région de l’Asean dans divers domaines comme l’économie et la culture. La Turquie participera désormais officiellement aux réunions, sommets et réunions des ministres des Affaires étrangères de l’Asean. La Turquie fait désormais partie de l’Asean bien que ce soit avec le statut de partenaire de dialogue. Il semble que l’Asean deviendra dans la période à venir un canal important de la politique extérieure proactive et multidimensionnelle de la Turquie.



SUR LE MEME SUJET