Tournée en Afrique du président de la République turque Recep Tayyip Erdogan

Etude de Cemil Dogac Ipek, Docteur en Relations internationales à l’université Ataturk

Tournée en Afrique du président de la République turque Recep Tayyip Erdogan

Le président de la République de Turquie Recep Tayip Erdogan a rendu une visite officielle dans trois pays africains les derniers jours de 2017. 

Les 24-27 décembre 2017, le président Recep Tayyip Erdogan a réalisé une visite officielle au Soudan, au Tchad et en Tunisie. L’objectif de cette tournée est d’intensifier l’ouverture de la Turquie en Afrique et de développer les relations avec ces trois pays dans tous les domaines, surtout en matière économique et de défense. Le premier arrêt de la tournée du président Erdogan a été le Soudan. Le Soudan est un pays prometteur de l’Afrique. Il subit un embargo économique et politique depuis près de 20 ans. La décision de lever l’embargo (même si elle n’est pas effective) a attiré de nouveau les grandes compagnies au Soudan.

La visite d’Erdogan avec près de 200 hommes d’affaires a donné de l’espoir au Soudan. Treize accords ont été signés entre les ministères concernés des deux pays dans de nombreux domaines, notamment politique, économique et socio-culturel. Le peuple soudanais a exprimé son amour pour la Turquie et son attachement à Erdogan en se rassemblant dans les rues avec le drapeau turc.

Au Soudan, Erdogan s’est rendu sur l’île de Suakin, une ville portuaire importante d’Afrique à l’époque de l’Empire ottoman. Ici, le président turc a étudié sur place les travaux de restauration menés par l’Agence turque de coopération et de développement TIKA. Erdogan a demandé au président soudanais Omar al-Bachir de remettre l’île à la Turquie pour un certain temps en vue de sa reconstruction. Une demande qui a été acceptée par le président soudanais. Ainsi, l’île sera attribuée à la Turquie pour une durée entre 49 et 99 ans.

Suakin était un important port commercial de l’Etat ottoman sur la rive de la mer Rouge qui domine l’Egypte et la Syrie. Vers la fin du 15e siècle, les Portugais qui avaient établi leur supériorité sur les mers, ont endommagé de nombreuses zones en attaquant les sultanats musulmans sur les rives Est et Ouest d’Afrique, prenant ainsi le contrôle de la région. En 1513, Suakin passe aux mains des Portugais. Cependant, l’Empire ottoman qui a conquis la Syrie et l’Egypte au temps de Selim 1er, a pris le contrôle de la mer Rouge et libéré de l’emprise portugaise de nombreuses régions à l’est de l’Afrique.

Par le biais de la TIKA, la Turquie va avant tout mettre en valeur les monuments historiques de Suakin. Le commerce et le tourisme de la région vont être ranimés. Grâce à la coopération entre la Turquie et le Soudan, des mesures assurant la sécurité sur la mer Rouge et ses rives, vont pouvoir être prises. Ainsi, dans un proche avenir la Turquie pourra contribuer à la paix en Somalie et au Yémen.

Après le Soudan et accompagné des hommes d’affaires, Erdogan s’est rendu à Ndjamena, la capitale du Tchad. Les relations politiques entre la Turquie et le Tchad remontent au 16e siècle. D’importants progrès ont été notés ces derniers temps dans les relations bilatérales. Le Premier ministre de l’époque Kalzeubé Pahimi Deubet avait réalisé une visite les 15-18 décembre 2014 en Turquie. Divers accords avaient été signés par cette occasion.

Le chef d’Etat-major turc Hulusi Akar a également pris part à la visite au Tchad du président Erdogan. Cette visite au Tchad,- un pays qui joue un rôle actif dans la lutte antiterroriste dans la région ces dernières années,- est très significative. Le forum de travail organisé lors de la visite, ainsi que les accords signés dans de nombreux domaines, vont accroitre les relations entre les deux pays.

Les relations bilatérales Turquie-Tunisie se basent sur des liens historiques et culturels ancrés. Des visites de haut niveau sont réalisées mutuellement entre les deux pays à certains intervalles. Les deux pays se consultent et s’entretiennent régulièrement dans tous les domaines. La présence turque de plus de 300 ans en Tunisie, constitue la source de l’amitié du peuple tunisien envers la Turquie. La Déclaration politique conjointe prévoyant la fondation du Conseil de coopération stratégique de haut niveau a été signée lors de la visite du chef du gouvernement tunisien Hammadi Jebali en Turquie les 24-25 décembre 2012. La première réunion du conseil a eu lieu lors de la visite du président Erdogan en Tunisie les 5-6 juin 2013. 24 protocoles de jumelage des villes ainsi que 21 accords et plans d’action sur divers domaines ont été signés. De même, la visite qui a eu lieu fin 2017, a renforcé les relations bilatérales.

Une dizaine d’années auparavant, il y avait des doutes quant à la politique africaine de la Turquie. Aujourd’hui ces doutes semblent être dissipés. La Turquie a dorénavant une forte présence en Afrique. La présence de la Turquie en Afrique est très importante du point de vue politique, culturel, stratégique, militaire et économique. L’intérêt porté par l’Afrique à la Turquie, n’est porté à aucun autre pays occidental ou pays musulman. La philosophie de solutions africaines pour l’Afrique exprimée par Erdogan lors de ses entretiens, est fortement soutenue dans cette région.

Le nombre de pays africains où le président Erdogan a rendu visite, s’est élevé à 28. Dans ce cadre, la compagnie aérienne Turkish Airlines qui effectue des vols vers 51 destinations de 32 pays africains, la fondation turque Maarif qui œuvre dans plus de 6 pays africains, la TIKA qui a des représentations dans de nombreux pays ainsi que les ONG turques jouent un rôle important. Les relations bilatérales portent une grande importance au sein des relations internationales. Dans ce sens, le potentiel stratégique, politique, culturel et économique de la Turquie constitue pour elle d’importantes opportunités en Afrique. Comme nous pouvons le remarquer, le président Erdogan travaille pour réaliser cet objectif et rentre avec succès de cette tournée en Afrique.



SUR LE MEME SUJET