La politique africaine de la Turquie

Etude de Can ACUN, chercheur-écrivain à la Fondation turque pour les recherches politiques, économiques et sociales (SETA)

La politique africaine de la Turquie

La perception de « politique extérieure multidimensionnelle » de la Turquie, a conduit cette dernière à entreprendre de nouvelles ouvertures dans le continent africain. Dans le cadre de la politique en Afrique, la Turquie a réalisé d’importantes activités d’aides humanitaires, développé ses relations diplomatiques et obtenu d’importants gains stratégiques. Le fait que la Turquie n’agisse pas selon une perception « colonialiste » et qu’elle instaure de relations basées sur des gains mutuels avec les pays africains, est la principale raison de son succès.  Les visites du président Recep Tayyip Erdogan en Algérie, Mauritanie, au Sénégal et au Mali sont d’importantes démarches pour élargir la coopération de la Turquie avec les pays africains sur le plan économique et stratégique.  

Le volume commercial de la Turquie avec le continent africain s’est multiplié par 6 en 15 ans et s’est élevé à 17,5 milliards de dollars. Les investissements directs de la Turquie en Afrique qui étaient de l’ordre de 100 millions de dollars en 2003, approchaient de 6,5 milliards de dollars en 2017. Plusieurs accords de coopération économique ont été signés durant la dernière visite du président Recep Tayyip Erdogan en Afrique. En outre, de nouveaux objectifs ont été fixés pour le développement du volume commercial entre les pays. Par exemple, l’objectif des 400 millions de dollars a été fixé dans les échanges avec le Sénégal après que le volume ait atteint 250 millions de dollars.

La politique en Afrique de la Turquie se modèle suivant l’approche « gagnant-gagnant », contrairement à la mentalité colonialiste de l’Occident. Durant sa visite en Algérie, un journaliste a demandé au président Erdogan, en faisant référence aux Ottomans, si « la Turquie considérait l’Algérie comme une colonie ». Sur ce, le chef de l’Etat turc a répondu : « Si c’était le cas, vous n’auriez pas posé la question en français mais en turc ». Cette réponse résume comment la politique de la Turquie se distingue de celle de l’Occident qui se base sur le colonialisme. 

Les autres raisons qui sont à l’origine du succès de la politique en Afrique de la Turquie, est sa diplomatie d’aide humanitaire. Le fait que la Turquie soit le numéro un mondial des aides humanitaires quant à son revenu national, prouve combien elle accorde de l’importance à la politique extérieure humanitaire. La Turquie qui joue un rôle actif dans la lutte contre la faim, la sécheresse et la pauvreté apporte aussi son aide aux sinistrés des guerres et aux malades.

Mme Emine Erdogan, l’épouse du président Recep Tayyip Erdogan, résume en effet la politique humanitaire de la Turquie en ces mots : « La sécheresse peut être le destin de l’Afrique. Mais mourir de faim n’est pas un destin. Les morts collectives ne sont pas des destins. Nous devons mobiliser les institutions internationales pour la stabilité de l’Afrique et pour leur redonner la confiance en eux ».

A l’exception des aides humanitaires, l’Etat-major, le ministère de l’Economie, le ministère du Développement, le ministère de l’Education, le Sous-secrétariat au Trésor, l’Agence des logements collectifs, l’AFAD, l’Agence des crédits et des foyers universitaires, le Croissant rouge turc, l’Agence des Turcs à l’étranger, la Fondation Yunus Emre ainsi que d’autres ONG mènent d’importants projets dans le cadre de la politique africaine de la Turquie. Les relations entre les peuples africains et le peuple turc se développent aussi de jour en jour.

D’autre part, sur le plan économique, la Turquie commence à devenir un acteur important surtout dans la construction. Les entreprises turques réalisent d’importants projets de construction dans plusieurs pays d’Afrique. D’ailleurs le président Recep Tayyip Erdogan a visité les chantiers des entreprises turques au cours de sa visite dans ce continent.

Une autre question importante de la politique turque en Afrique concerne les écoles et établissements de l’organisation terroriste guléniste FETO. Grâce aux relations qu’elle a développées avec les pays d’Afrique, la Turquie essaie d’assurer la fermeture des écoles de FETO et leur transfert à la Fondation Maarif. La Fondation Maarif assure l’éducation dans 88 écoles en Tunisie, Tanzanie, Somalie, Sierra Leone, au Soudan, Sénégal, à Sao Tomé et Prince, au Niger, Mali, Tchad, en Mauritanie, en République du Congo, en Guinée, en Gambie et à Djibouti.



SUR LE MEME SUJET