Analyse/Ibrahim Kalin: Un ordre mondial harmonieux est-il possible ?

L’état actuel de chaos et de désordre dans le monde a plusieurs causes politiques et économiques

Analyse/Ibrahim Kalin: Un ordre mondial harmonieux est-il possible ?

Le Président Recep Tayyip Erdoğan s’est rendu dans cinq pays éminents dans les cinq dernières semaines, à savoir en Inde, Russie, Chine et aux États-Unis et en Belgique pour le sommet de l’Otan. Des discussions ont porté autant sur les questions bilatérales et régionales comme sur les moyens d’instaurer un certain ordre, la paix et la stabilité dans l’actuel système international en proie au chaos et au désordre. Que ce soit à Ankara, New Delhi, Moscou, Pékin, Washington, les capitales européennes ou le reste du monde, il y a un réel souci concernant le cours des événements dans le monde au-delà de la guerre en Syrie, du terrorisme international, de la montée du populisme et des mouvements racistes ainsi que du réchauffement climatique.

L’état actuel de chaos et de désordre dans le monde a plusieurs causes politiques et économiques. Le déséquilibre des pouvoirs qui oppose les États-nations, crée des tensions et engendre des conséquences importantes. La guerre civile syrienne est un exemple concret. En six ans, le conflit a fait des centaines de milliers de victimes et est devenue la guerre la plus dramatique du XXIe siècle. La guerre continue de sévir parce que les puissances rivales ont besoin d’une guerre par procuration pour faire progresser leurs intérêts en Méditerranée orientale et leur ordre du jour.

Pendant ce temps, les problèmes de la pauvreté, la corruption et l’inégalité en Afrique persistent, non parce qu’ils sont difficiles à résoudre, mais parce que l’Afrique est utilisée comme un continent d’exploitation et de main de œuvre bon marché pour que les riches nations du monde demeurent riches et sûres. Une des pires crises de réfugiés de l’histoire récente n’est pas abordée convenablement à la dignité humaine parce que les pays puissants ne veulent pas la considérer comme un problème à moins qu’elle arrive jusqu’à leur porte. L’écart entre les riches et les pauvres ne cesse de croître, pas en raison du manque de solutions applicables mais parce qu’il n’y a aucun désir d’apporter une solution qui exige un changement fondamental dans notre mode de vie et de notre point de vue sur les autres habitants de la planète.

Le monde, plus riche est sophistiqué que toute autre période de l’histoire de l’humanité, ne souffre pas d’un manque d’études scientifiques ou de solutions de rechange raisonnables, mais d’un problème plus profond: perte de sens, de but et de direction à l’échelle mondiale. Le désordre et le chaos que nous voyons dans le système mondial actuel est en réalité le reflet de la discorde et la discorde qui se situe à un niveau plus profond de qui nous sommes et ce que nous voulons être.

Selon la sagesse antique, nous ne pouvons pas établir la paix et l’harmonie dans le monde extérieur sans les avoir établi en nous. L’harmonie dans l’âme et le monde nous donne un ordre cosmique qui façonne notre l’équilibre, la proportionnalité de l’ordre, la plénitude et l’intégrité et établit ainsi la paix et la complémentarité entre ciel et terre, entre nous, les humains et l’univers.

C’est avec cette mise en garde à l’esprit que Platon a construit son édifice philosophique et politique sur le concept central de l’harmonie. La tâche du philosophe est de montrer l’harmonie essentielle et l’entente qui existe entre l’âme et le monde. La sagesse est l’art de découvrir et de maintenir cet équilibre à tous les niveaux d’existence et de la conscience. Platon assigne un rôle central à la musique dans son état idéal car il nous aide à apprendre et intérioriser l’harmonie, la structure, l’ordre et le rythme - les éléments clés de toute bonne musique. Le défi consiste à se conformer aux principes de l’harmonie et à la beauté sans renoncer à notre Agence et notre liberté.

Cependant l’harmonie n’est pas simplement une expression de l’esthétique. Elle est ontologiquement fondée sur la vérité et la justice. Aucun système basé sur la fausseté et le mal ne peut supporter l’ordre et l’équilibre. De même, la justice est une clé pour maintenir la paix et l’harmonie dans la société car elle signifie essentiellement « tout mettre à sa place et donner à chaque chose son dû. » Une société est harmonieuse quand tout le monde y joue en une manière qui correspond à la vérité et à la justice, d'une part, et préserve notre liberté de l'autre part.

Le corps humain devient un système harmonieux et ordonné quand chacune de ses parties fonctionne de la façon qui est propre à elle. Dans la tradition islamique, la paix (as-salam) et l’harmonie (al-mizan) forment l’épine dorsale du monde de la création. Ils servent de base à l’ordre cosmique qui cimente l’univers. Mais ils servent aussi d’orientations pour notre vie intérieure. En revanche, le dysfonctionnement brise l'unité et la plénitude de l'être, entraînant des conflits internes et des troubles. Au niveau sociopolitique, cela engendre également des troubles, des guerres et des injustices. Au niveau individuel, cela entraîne des gênes, des douleurs et des souffrances. La beauté est directement liée à la paix et l’harmonie. Selon le Coran, Dieu a créé l’univers dans un certain « ordre » et avec un certain « lot » (qadr). Celui-ci constitue la base de la beauté harmonieuse que nous voyons dans l’univers.

Le Coran nous incite à regarder l’univers et y trouver une discordance, incohérence ou mésentente (Surat al-Mulk 67/1-4). Les humains font partie de cet ordre cosmique et sont censés refléter l’harmonie et la beauté dans leur vie intérieure. Violer les principes cosmiques de la paix, de l’ordre et de l’harmonie apporte la décadence et la corruption de l’âme humaine et détruit l’habitat humain. Le chaos, le désordre et la destruction que nous voyons dans le système mondial actuel aujourd'hui causent tant de douleur et de souffrance qu’ils ne peuvent être nullement justifiés. Ses causes sociopolitiques et économiques doivent être abordées avec la sagesse et la volonté politique. Mais il faut aussi voir les causes profondes de cet état des choses qui réduisent notre espoir pour l’avenir de notre planète et l’intégrité de notre humanité. La simple vérité est que nous ne serons pas en mesure d’établir l’ordre politique et l’égalité économique à moins que nous n’établissions les principes d’harmonie, de paix et de beauté au sein de nos propres âmes en premier lieu.



SUR LE MEME SUJET