Omer Celik: "La Turquie n’acceptera pas un partenariat privilégié"

Omer Celik a déclaré, sur un plateau de télévision, que l’attitude de la Turquie était nette concernant les débats sur un partenariat privilégié entre la Turquie et l’UE

Omer Celik: "La Turquie n’acceptera pas un partenariat privilégié"

Le ministre des Affaires européennes et négociateur en chef, Omer Celik, a souligné que la Turquie n’accepterait pas un partenariat privilégié.

Omer Celik a déclaré, sur un plateau de télévision, que l’attitude de la Turquie était nette concernant les débats sur un partenariat privilégié entre la Turquie et l’UE porté à l’actualité à la suite de l’entretien entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue français Emmanuel Macron le 5 janvier à Paris.

Il a indiqué que la Turquie n’est pas un camp de réfugiés ou un quartier général militaire avec qui on pourrait coopérer pour la question migratoire ou pour la lutte contre le terrorisme uniquement.

« Vous devez considérer la Turquie en tant que pays » a-t-il dit.

"Si nous obtenons une proposition sur un « partenariat privilégié » nous la refuserons. Personne ne peut proposer un statut de seconde zone à la Turquie dans les relations avec l’Union européenne" a-t-il relevé.



SUR LE MEME SUJET