"Les groupes terroristes pro-régime se sont retirés suite aux tirs de sommation des soldats turcs"

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a déclaré que les groupes terroristes pro-régime qui ont tenté de pénétrer mardi dans la région d’Afrine en Syrie, se sont retirés d’Alep suite aux tirs de sommation des soldats turcs

"Les groupes terroristes pro-régime se sont retirés suite aux tirs de sommation des soldats turcs"

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a déclaré que les groupes terroristes pro-régime qui ont tenté de pénétrer mardi dans la région d’Afrine en Syrie, se sont retirés d’Alep suite aux tirs de sommation des soldats turcs.

Ibrahim Kalin a répondu aux questions des journalistes sur l‘actualité lors d’un point de presse.

« Les médias se sont interrogés sur un éventuel accord entre le régime syrien et le PYD-YPG, la branche syrienne de l’organisation terroriste et séparatiste PKK. Nous avons constaté la tentative d’un convoi de 40 à 50 véhicules arrivé de la zone d’Alep, tentant de pénétrer de l’extrémité sud d’Afrine vers le centre-ville. Ce convoi s’est retiré suite aux tirs de l’artillerie turque. Il n’est pas question d’un accord. Même si un tel accord existe (entre le régime et le PYD), la Turquie continuera d’appliquer ses plans concernant l’opération « Rameau d’olivier » » a-t-il dit.

Il a souligné que les informations nouvellement saisies ont prouvé qu’ils tentaient de faire d’Afrine un nouveau Kandil (le fief des terroristes en Irak).

Le porte-parole a également répondu à une question sur la proposition de la Russie d’établir un contact direct avec l’administration syrienne.

« Nous n’avons pas de contacts officiels avec le régime syrien. Il y a le mécanisme que nous avons constitué à Astana pour la création des zones de désescalade. Les messages que nous avons donnés à Astana étaient transmis au régime syrien via la Russie et l’Iran. Il n’est pas question d’un contact direct. Néanmoins, des contacts directs ou indirects pourront être établis par nos établissements concernés, c’est-à-dire nos services de renseignement, pour résoudre certaines questions, si cela s’avérera nécessaire dans des conditions extraordinaires. C’est, en effet, une des définitions de base de la mission de nos services de renseignement » a-t-il déclaré.

Ibrahim Kalin a également évoqué les relations turco-américaines.

« Notre attente est très claire concernant la suspension du soutien accordé par les Etats-Unis à l’YPG et le retrait des terroristes de Minbij. La coopération avec le PYD doit prendre fin. Nous attendons que des mesures concrètes soient entreprises par l’administration Trump concernant cette organisation terroriste. Nous attendons également des initiatives concrètes concernant l’affaire de l’organisation terroriste guléniste et structure d’Etat parallèle (FETO/PDY). Ce que nous demandons, c’est l’extradition en République de Turquie et le jugement des personnes résidant aux Etats-Unis mais qui sont de nationalité turque, contre lesquelles des mandats d’arrêt ont été émis et des procès ont été intentés » a-t-il conclu.



SUR LE MEME SUJET